Voyage à Kigbaevo juillet 2017 / Париж – Кигбаево, июль 2017

Так повелось, вот уже более 10 лет, как я с дочерью еду в село Кигбаево (Удмуртия) в июле месяце – самый теплый и плодоносный месяц в году. (Для тех кто не знает, я живу в Париже с 1992 года). Бывало, я туда ездила на машине, чтобы маму возить в лес и на базар, так сподручнее, на месте машину в аренду не взять, а у друзей (у кого она есть) – она им самим нужна. В этот раз не было ни мамы, ни машины.. Зато друзья есть! Мама почву подготовила, сирота она была, так вот, чтобы восполнить отсутствующую семью, друзья становились родными.

Ничего особенного в путешествии не произошло, но поделиться картинками и мыслями все же хочется.

Полетели мы на самолете с компанией AirBaltic, багаж платный, в самолете не кормят, или за деньги, в итоге – « скупой платит дважды ».

Нас было трое: Мия, я (Ve) и Элен (Ln). Рейс Париж – Москва с пересадкой в Риге, где нужно было ждать целую ночь, и мы решили пойти в гости. Нас в аэропорту встретила Вера, дочь Ксении (племянница Павлика Барона Беннигсена), мы с ними не были знакомы до этого (так возможно только с русскими – им позвонили утром, сказали что приедут такие-то – встречайте!). Коммуналка, чай с бутербродами, радость бытия, все на месте – радует (!)

Riga-komunalka-Mya

В Москве нас ждал в своем офисе целитель-костоправ и добродетель Гена Козаков, в коридоре его приемной торжественно играла на скрипке незнакомка.

После того как нас Гена « помучил » массажными предметами во благо здоровья и под музыку, мы выпили чайку, и отправились на Казанский вокзал. 18 часов в поезде прошли незаметно.

Кигбаево нас встретило Дашей (подруга Мии с детства), скошенной травой во дворе маминого дома и новыми обоями на стенах. Тяжело находиться в родительском доме без мамы… Усталые, мы поели в сельской столовой за 1,50€ меню и поехали опять в город (Сарапул) купить « симку » для смартфона, чтобы оставаться на связи с « миром ». Не смотря на жару и усталость, этот день запечатлелся в моей памяти « шаг за шагом » : набережная Камы с « пионерами », свадебное шествие, порция мороженого и кофе экспресс за 1,20€,  и даже мысли  – « смогу ли я вернуться жить в Россию? »

Обратно в Кигбаево мы ехали на смертоносном такси, где нас уже ждали в баню подруги с солёной рыбой !

Ночь была коротка, да и последующие тоже, как всегда, в деревне нет часов, сплошной отдых или работа (это пока не про нас).  Но мы всю неделю думали, как себя отвлечь от мировых и личных проблем. Например, съездили в Воткинские термы, где 8 саун, 2 басейна и несметное количество получающих удовольствие от изобилия воды людей , что было очень уместно в 30ти градусную жару. Посетили моё бывшее муз-пед. училище и конечно, музей-усадьбу П.И.Чайковского.

Заехали в Ижевск, погулять по цивилизации:

и пострелять в тире музея Калашникова:

Наш ангел, и моя подруга юности Света Зыкина, очень чуткий водитель и уникальная мастерица кукол, привечала нас коньяком, зефиром и мармеладом.

Зашли еще в гости, в семью Каштановых, думали чай попьем, а начали с полыневой водки (!) и закончили старославянским массажем:

Кигбаево манило обратно своей баней.., лесом (!) полем и ягодами (лесная клубника):

Мы каждый день топили баню, обливались холодной водой во дворе, разводили костер в ночи и смотрели на звездное небо…

Возвращались в Москву поездом в купейном вагоне, спали, а в промежутках пили чай, к сожалению, ресторан-вагон отцепили за нерентабельностью.

Москва нам подарила теплый солнечный день, который мы решили провести на красной площади и на Арбате в компании удивительного и чудесного человека Марины Л. Князевой.

В Москве проездом из Ижевска в Париж на сутки мелькнула Вероника Булычёва с дочкой Мией и подругой Элен. Ходили по Москве, я провела экскурсию для француженки по храму Покрова на рву – Василия Блаженного. Чудесный был совершенно летний день, и как хороша была чистая, ухоженная, благоухающая Москва! Мы с Вероникой опять что-то затеваем, надеюсь – осенью состоится премьера нашей новой песни « Я видела, как умирает Любовь! ». Вечером все вместе свалились спать в уютной крохотной квартирке Нади Мокроусовой, с её неутомимой любовью к Мечникову и изумительной готовкой – уральское хлебосолье проявилось в полной мере – к приезду гостей милая Надя наварила огромный казан густого горохового супа на копчёной свиной косточке.
Наше Движение « За здоровую Россию » наградило Веронику Золотой Звездой Ильи Мечникова – за её вклад в празднование его дня рождения и попадание группы из Москвы в институт Пастера, где хранится прах нашего Ильи Ильича Мечникова. На этот раз он не был сиротой – с помощью Вероники наши посланцы смогли поклониться великому соотечественнику. Несколько лет благодаря помощи Вероники и я смогла попасть в Дом Пастера и постоять там под прахом Мечникова.
Вероника была очень тронута вручением ей Звезды – Знака общественного признания. Этот долгий дружески-семейный вечер закончился, конечно, под её маленькую мексиканскую гитару – дивная Вероника показала фрагменты из своей будущей программы. Вот такой совершенно божественный день! (Марина Князева, стр.ФБ)

Жизнь продолжается! На сделующий год – « Парижевск-строй » – присоединяйтесь!

Domik_Ve-u-bani1

Вероника Булычева

Publicités

Impressions de voyage été 2014

Le groupe de théâtre russe de l’Inalco livre ses impressions sur leur voyage de cet été avec le festival Parijevsk, à la Gazetka, journal des étudiants en russe de l’INALCO.

page 1

page 1

Lire la suite..

3.Voyage au Village Parijevsk – été 2014

Galerie

Cette galerie contient 7 photos.

3 eme partie : 12. Notre groupe d’étudiants en russe – acteurs est reparti. Les 3 Roannais sont allés visiter Ekaterinbourg, Nijniy Taguil et Verhniaia Salda. Nous nous retrouvons tous à Perm pour aller ensemble au nord de l’Oural – Solikamsk et plus … Lire la suite

Ciné-débat à La Place Rouge

affiche-film-fr1

Dimanche 12 janvier 2014 à 15h

à La Place Rouge – restaurant russe de Roanne
2, Place du Marché, 42300 Roanne
Tel: 04 77 71 39 76 / Entrée libre

La projection de deux séquences du film « Oural, monstre industriel » :
« Retour à Mousliumovo » sur les conséquences de l’accident du complexe nucléaire «Mayak » et « Armes chimiques : un héritage encombrant », recueil de témoignages sur la destruction des armes chimiques en Oudmourtie.

Teaser « Oural, le monstre industriel » 

Bilan de notre aventure

Rythmes brésiliens en Oudmourtie

Vidéo

A l’occasion de notre 4e Festival Parijevsk à Glazov le 5 juillet dernier, nous avons organisé un cours de danse brésilienne. Notre ami Georges Val, amiral de la marine de Montmartre mais aussi danseur expérimenté de foro, a mené la master class avec l’aide de la gracieuse Lisa Golovanow…
Comme on le voit sur la vidéo, les danseurs ont vite assimilé les pas de base, à croire qu’il les avaient déjà dans la peau!

Paris-Kigbaevo par Stephanie

la route

la route

Nous sommes partis en voiture de Paris le samedi 15 juin. A trois dans la voiture, sans compter le chien… Apres 3 jours de route et 2800 km parcourus, le passage de la douane de la Lettonie a la Russie, que nous craignions pour y avoir passé l’avant dernière 6 heures sous 40 degrés, a été cette fois une pure formalité ! On a eu la chance de tomber sur un major-numismate, qui comme ma maman collectionne les euros… heureusement qu on avait que trois euros sur nous, ça fait pas cher le pot de vin pour moins d une heure d’attente, et pour nous épargner de déballer toute la voiture. Même Alanis a eu droit à la vérification de son passeport par une militaire en blouse blanche.

Arrivés en Russie  vers une heure du matin après ce périple interminable pour la seule conductrice qu’est Veronika (dieu me pardonne de n’avoir toujours pas le permis), nous croisons les doigts pour qu’un policier de la DTP ne nous arrête pas avant qu’on aie eu le temps d’acheter l’assurance obligatoire pour la voiture. On s’endort dans la forêt près d’une datcha vide, en compagnie des moustiques. Le lendemain, nous arrivons à la ville la plus proche, Pskov, pour régler nos questions administratives et se relaxer quelques heures hors de la voiture. En roulant vers la prochaine étape, Valdaï, je retrouve les routes russes comme je les aime : des dizaines de kilomètres de macadam défoncés qui obligent Veronika à faire des prouesses, et pas un chat à l’horizon ! Je me dis qu’il y a là une excellente idée de jeu vidéo à développer. J’en profite pour prendre un peu le volant.

"direction des affaires du President de la Federation de Russie, etablissement d etat federal, maison de repos "Valdai"

« direction des affaires du Président de la Fédération de Russie, établissement d état fédéral, maison de repos « Valdai »

Après des heures de 4×4, nous arrivons en pleine forêt à Valdaï où nous attend notre amie Marina et son mari Pavel. Marina est professeur au MGU, l universite moscovite, et Pavel travaille a la Cour des Comptes. Grace a son rôle haut placé dans l administration russe, il obtient une « putiovka » pour partir en vacances dans cet endroit luxueux 3 fois par an. La « maison de repos » de Valdai est un endroit sublime entre la foret et le lac Uzhin où les résidents vivent avec leur famille dans des cottages, de taille et d’emplacements variables selon leur situation hiérarchique… Marina a réussi a nous y faire entrer en douce, avec quelques centaines de rouble et l aide d un des gentil agents de sécurité, qui le soir était remplacé par un vrai KGBeshnik capable de nous dénoncer pour 1h de retard sur l’horaire établi. Le cerbère s’enquiert avant  tout de connaitre où se situe précisément notre hôte sur la ‘table des rangs’, afin de savoir s’il se hasardera ou non à le punir en écrivant une lettre a ses supérieurs… Dans le cas de Pavel, son travail à la Cour des Comptes lui confère une relative immunité.  Nous profitons donc de leur sauna jusqu’à une heure du mat et buvons du vin doux, malheureusement le seul que les russes estiment profondément,  puis regagnons nos pénates, ce soir chez la directrice du musée de Valdai et ses trois chats. Notre toutou s’étant trouvé une super copine en Vesta, la chienne de Marina, on la laisse profiter du luxe ambiant…

a Valdai avec Pavlik

a Valdai avec Pavlik

Ainsi donc, dans ce petit paradis qu’est Valdai, nous nous promenons et passons devant la fameuse datcha de Staline, avec son passage souterrain qui débouche sur une sortie près du lac. Cependant Joseph Vissarionovitch n’y a séjourné qu une fois, car nourri par sa célèbre paranoïa, il ne s’y sentait pas en sécurité, considérant cet endroit comme une souricière – un unique chemin y mène a travers la foret. Nous empruntons un sentier qui montre du lac a la datcha de Staline et mon hôte m’y apprend que c est la qu’est mort Jdanov  en 1948, son cœur ayant lâché alors qu il courrait répondre au téléphone – ironie du sort, à l’autre bout du fil, c’était Staline ! c’est cette histoire qui déclenche quelques années plus tard la fameuse affaire des médecins ou « complot des blouses blanches » en français, où Staline incrimine neuf médecins juifs d’avoir assassiné des membres éminents du parti et de prévoir d autres assassinats… Selon Pavel, les médecins savaient que Jdanov etait cardiaque et auraient fait l’erreur de le laisser aller faire trempette dans le lac Uzhin a sa guise…

un Lenine de 40m a Doubna

un Lenine de 40m a Doubna

Reposés et repus jusqu’aux oreilles, nous reprenons la route vers notre prochaine étape, Doubna, où nous arrivons tard dans la nuit. Doubna se targue d’être le centre de la Russie européenne, et de posséder le deuxième plus grand Lénine de Russie (42 mètres!). Sur l autre rive du canal Volga-Moskva, se tenait fut un temps un aussi -sinon plus immense Staline, juste en face de Lénine… A la déstalinisation, on a fait explosé la statue et il n’en reste aujourd’hui que le socle.  Nous dormons chez notre amie Lena et son mari Boris, qui travaillaient tous les deux en tant qu ingénieurs a l’usine de radios de Sarapoul (Oudmourtie).

Puis départ pour Moscou, où nous attend Vladimir Chuprov, directeur de la section énergétique de Greenpeace Russie.  Apres avoir passé des heures dans les embouteillages, fléau bien connu de Moscou, nous décidons de laisser la voiture chez une amie à l’entrée de la ville et de rejoindre notre interlocuteur en métro… Quand nous arrivons enfin à l’adresse indiquée, où une plaque Greenpeace indique le siège de l’association, Vladimir nous appelle pour nous donner rdv dans l’immeuble d’en face, où se trouve son bureau. Sur cet immeuble, rien n’indique la présence de Greenpeace, et chaque pièce se ferme avec un badge électronique…  Il nous parle de l’accident nucléaire de Chelyabinsk et de la pollution de la rivière Techa et du lac Karatchai, dans lesquels la centrale Mayak continue de rejeter ses eaux usagées ; et des populations qui vivent autour et s’abreuvent de cette eau contaminée,  boivent le lait empoisonné de leurs vaches…

Nous passons la nuit chez Liudmilla et Iouri à Moscou. Invalide du travail à 55 ans, Iouri a travaillé 37 ans comme soudeur dans la même entreprise, et il veut nous parler de la différence entre les conditions de travail russe et européenne.  Ils nous ont préparé une fête de hareng mariné et de vodka, et nous nous endormons… bien gais !

A la sortie de Moscou, l’angoisse, on se fait arrêter par un policier de la DTP. J’angoisse toujours en les croisant, car ils sont là pour chercher à tout prix une solution pour nous pénaliser. Veronika parlemente, l’entrevue se prolonge, mauvais signe car plus le temps passe, moins il est possible que le policier reparte les mains vides… Finalement, il lui demande un « petit cadeau de Paris » et Veronika lui offre un de ses disques, comme elle fait souvent pour rétribuer les policiers russes. Il repart satisfait et nous, soulagés.

se frayer un chemin sur l autoroute

se frayer un chemin sur l autoroute

Maintenant commence une très longue route, car nous avons 1200 km devant nous afin de rejoindre Kigbaevo. Jusqu’à Nizhnyi Novgorod puis Kazan, nous sommes pris dans des bouchons interminables qui nous obligent à conduire à la russe : soit créer une nouvelle piste en roulant par la droite, soit rouler sur la file de gauche où arrivent d’autres véhicules en face -tout cela se passant bien sûr sur l’autoroute… Des poids lourd partout ! La route est menaçante, épuisante… Nous dormons quelques heures et la reprenons, puis redormons… Après 2 jours de route, nous arrivons enfin en Oudmourtie. Je prends le volant pour les 70 derniers km… Enfin, Kigbaevo !

Nous sommes maintenant chez la mère de Veronika, reprenons des forces grâce au banya, aux pelmenis fait maison et au samogon (alcool distillé à la maison) – tout cela entrecoupé de discussions politiques avec babouchka qui a beaucoup de choses à dire… stephaniekigbaevo (Copier)

Témoignages de participants au festival « Parijevsk » en 2011

Sonia Moussungu (d’origine russe, vit à Paris)

Sonia Mussungu

Sonia Mussungu

Je suis très contente et émue. Pour moi, qui ne suis pas artiste, le rythme a été trop rapide (concerts et visite). J’ai été ravie par la rencontre avec les gens qui sont très gentils (vraiment pas parisiens!) J’ai regretté que les ateliers thématiques n’aient pas été suffisamment annoncés afin que davantage de personne viennent échanger.  Je serais prête à refaire ce genre de rencontres professionnelles. Je pense aussi que les gens seront peut-être plus curieux et informés l’année prochaine. Encore merci à tous ceux qui nous ont accueillis, rencontrés.


Vassili et Tatiana

Vassili et Tatiana

Tatiana Moussungu (11 ans)

J’ai trouvé ce festival très bien, le but était très intéressant. Cela devrait être plus long, fait sur 2 semaines : 1 partie en France, 1 partie en Russie


Vassili Moussungu (9 ans)

J’aurais voulu plus de concerts, plus de rencontres avec des jeunes. J’aimais bien dormir chez l’habitant, à Votkinsk. »


Mya Boulytcheva (10 ans)

Mya

Mya

Bonjour à tous. Je m’appel Mya , j’ai 10 ans, j’habite en France à Maisons Alfort. Je vais en Russie depuis l’age de 2 ans et demi car ma grand mère y habite. Elle s’appel Lya Petrovna, elle habite en Oural, précisément à  Kigbaevo . Moi, j’adore cet endroit, ce petit village avec des petits maisons en bois et c’est très rigolo, ça me fait pensait à des maisons de poupées. Mais c’est vraiment celui que je préfère parce qu’il est très génial et il y a ma meilleur amie qui habite. Puis on peut faire tout ceux qu’on veut et revenir à l’heur qu’on veut sans les parents et moi j’ aime bien ça ! Je déteste les villes en Russie ça fait vroumm.., vroumm et c’est tout, et c’est pas propre. On peut se baigner dans le lac ou dans la rivière. ☺
Vive KIGBAEVO!!


Pascale-Stepgane

Pascale et Stéphane Brastchi

Stéphane et Pascale (les Suisses, vivent à Genève)

Chère Veronika, chère Irina, nous avons vécu un voyage vraiment inoubliable !!!  15 jours de dépaysement complet avec des rencontres surprenantes : par  exemple le « dernier trolleybus » а Moscou après le concert quand le chauffeur du
bus a chanté pour nous en nous ramenant а Arbat, des espaces surprenants :  par leur étendue, pour nous suisses qui vivons une forte densité de peuplement  dans tout le pays des situations surprenantes : comme les (més)aventures de
l’hotel а Sarapoul,et des gens si adorables et chaleureux tels que Youri et sa  famille, Irina et la maman de Veronika et l’accueil а la gare de Sarapoul avec chants, danses, brioche et miel : йmotions ! et le festival : un folklore  oudmourte – musique et danses – vivant, palpitant, passionné j’ai été en particulier profondément ému par les chants des 3 jeunes femmes accompagnées а la cithare (krezh) а Ijevsk.
Stephan – nous avons été frappés par :
– le grand respect mutuel des passagers des trains : nous ne nous y attendions pasen Oudmourtie :<
– le respect des automobilistes pour les transports publics et les piйtons : encore mieux qu’en Angleterre
– le niveau de vie des gens est trиs différent du notre : et leurs problématiques et leurs priorités sont bien différentes des nôtres regrets :
– il est difficile de communiquer avec les gens sans maîtriser un tant soit peu la langue russe et la plupart des gens n’arrivent pas а parler lentement ou avec des mots
simples pour les étrangers. Vraiment pas évident meme en ayant pris des cours, mais je suis motivé pour poursuivre l’apprentissage
Pascale: durant le voyage j’ai appris а déchiffrer l’alphabet cyrillique
– ne pas avoir pu dormir au village oudmourte (а cause de la météo) ni chez l’habitant nous nous en réjouissions de plus les récits de ceux qui ont pu le vivre montraient la richesse de ces rencontres et puis ce voyage ça a été aussi un dépassement de soi :
– la préparation de la participation au festival, apprendre а gérer son trac
– la préparation de la conférence ce fut l’occasion de découvrir qu’on devient en quelque sorte un ambassadeur de son pays.  Vraiment chouette !

Stephan : moi je suis partant pour une nouvelle aventure, si l’occasion se présente et nous nous réjouissons rester en contact et de vous accueillir chez nous, dиs que vous aurez l’occasion de venir а Genève.
Merci du fond du cœur !
Stéphane et Pascale