Résumé du voyage : Paris – Kigbaevo, juillet 2007

Veronika Bulycheva

ma-peageot
En voiture Peugeot 106 diesel, accompagné de ma fille Mya et Rob Gehrke (musicien batteur, américain) en aller ..5.000 km. + 5.000 km. sur place et 5.000 km. retour, 1 mois en tout..

J’ai vécue pleins de choses…

La Biélorussie applique un visa de transite (ex. 180$ pour un citoyen américain !, 30E pour l’européen), En Ukraine les cigognes font leurs nids sur les poteaux électriques, En Allemagne l’électricité ce fait par le vent. Il existent des russes qui élèvent les pigeons voyageurs, les douaniers avec le cœur et les flics – mélomanes (un CD à la place d’une contravention). Les toilettes sont dans la nature au bords des routes, les aires sont familiales avec la cuisine du coin, soupes chaudes à tout moment.

Les routes en France sont incomparables !

Plus on va dans l’Est, moins on a le temps de regarder les panneaux, toute attention est fixé sur l’état du sol sur lequel sautent les roues. Le paysage habituel : belle nature avec vieux village traditionnelle qui entourent une construction imposante et moderne en briques rouges exprimant une forteresse. Les nouveaux russes expliquent que c’est plus difficile à mettre le feu.

Le chaos parfait ! Personnes n’est capable d’indiquer la direction d’une ville. Il n’y a pas de panneaux avec la limitation de vitesse, mais, par fois on en trouve en plein milieux de la foret sans qu’il y a son annulation. Par contre, les flics sont là de partout avec des radars à la main ! à ma question : – « comment connaître la vitesse autorisée sans qu’y est les panneaux ? » – Le Monsieur milicien m’a répondue qu’à l’entrée d’une agglomération avec la plaque blanche limitation est à 60km/h., avec la plaque bleu c’est 80km/h et sur les routes 90km/h avec un surplus toléré de 20km. J’ai dis, – « comment savoir tout ça ? » – « vous n’avez qu’acheter un livre de code de la route dans chaque pays que vous visitez ». La question se pose : – « qu’est-ce qui est un permis de conduire international ? »

Ve-RobLes concerts.. ça reste toujours des moments magnifiques et inoubliables. Quelle publique.. ! J’en ai même fait une intervention musicale après un déjeuner dans une ferme de cochons pour les ouvrier(e)s par la commande de chef d’entreprise pour que leurs cochons donnes plus de « lait » le lendemain.

VESur tout mon temps de vacances j’avais le « nuage noir » – la mort subite de mon frère Igor.. suite d’une triple hémorragie interne… à l’age de 42 ans. Mon séjour en Russie j’ai envisageait de passer en grande partis avec ma famille : ma mère, mon frère avec sa femme et deux enfants, Masha 8 ans et Egor 10 ans. Oui, j’ai effectivement passé mon temps avec eux : on a attendu mon frère une semaine dans la réanimation de l’hôpital, 2 jours d’enterrement, 9 jours de deuil… qui n’en finit toujours pas, car plein de choses ne sont pas réalisés : on ne s’est pas tout dit, on n’a pas allé à la pêche, on ne s’est pas assez aimés…

Dans toute cette tristesse s’ajoute une maladie infectieuse de la peau à ma fille Mya – dont les antibiotiques n’existent pas en Russie. Le retour s’annonçait difficile..
Rob, tout ce temps là, était dans une colonie de vacances près de la ville Ijevsk : nourrit, logé et payé pour.. Entouré de fillettes et de garçons de 15ans, admiré pour son aspect américain, musicien rythmicien, sans privé du charme.. Mais, faire la voiture en long distance avec ami Rob n’est pas était très dense : il ne parle presque pas, dort toute la journée, ne sort pas pour picorer au bord de la route, conduit la nuit ayant un fau permis de conduire….

La fin de notre histoire…. Tout c’est produit à la fin de la 2ème journée de route, 100 km avant la frontière Ukrainienne (pour éviter que Rob paye encore son visa en Biélorussie), à 1 heur du matin, suite à une suivante « prise de tête » avec Rob… je l’ai laissée au bord de la route en pleine foret…. et continué seule avec Mya encore 3 jours jusqu’à Paris.
Depuis,… j’ai eu des nouvelles de mes amis à Ijevsk que Rob a fais le demi-tour, en stop allé jusqu’ à Moscou et pris le train jusqu’à Ijevsk, revenu dans la colonie de vacances dont il a passé 1 mois. En suite il a demandé de continuer travailler le mois d’août pour gagner l’argent et acheter le billet de retour à Paris.

Ce qui est pour moi : je récupère doucement mes forces, avec les boutons de fièvres et herpès, 4 kg de surpoids, Mya – sous antibiotiques renouvelle sa peau après des plaies.
Rob est sauve et sein sous la surveillance de mes amis qui lui achèterons les billets de train et avion pour Paris début septembre.

Le Bon Dieu est le seul juge de ce qui était passé…

Merci de votre attention.
Veronika
(fin aout 2007)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s